dimanche 4 septembre 2016

ET SI BIEN VIEILLIR DEVENAIT UNE OBLIGATION SOCIETALE?

De tous temps, les femmes ont mis des crèmes pour protéger et nourrir leur peau et leur visage.
Les vraies premières crèmes "anti-age" , associées aux vitamines A, E et C, sont apparues dans les années 70.

Ce qui veut dire que les femmes qui ont 70 ans maintenant, les 1e baby boomeuses, ont mis de la crème anti-age toute leur vie de femme. Et cela ne les a pas empêché d'avoir des rides, des cernes, des taches, des ailes de chauve souris. Et cela n’empêche pas non plus l'industrie de faire pression sur les jeunes femmes de 25 ans pour qu'elles commencent, déjà, à mettre des crèmes anti-rides!

Le mot est lâché: Faire pression.
Comme le dit la philosophe Isabelle Quéval, "La santé est devenue un leitmotiv. Nous sommes devenus responsables de notre santé, de nos maladies et de notre mort. Il y a une responsabilisation très forte, corrélée avec une culpabilisation très forte, elle aussi.La santé et le bien-être sont devenus des impératifs moraux".


Autres mots: responsabilisation, culpabilisation

Cette culpabilisation n'est pas nouvelle. J'ai retrouvé cette publicité de Dorothy Gray, de 1932, 
où cette jeune femme est traitée de négligente car elle n'utilise pas régulièrement les produits de beauté


 Le vocabulaire actuel est différent mais l'idée de base est la même: Kristin Scott Thomas, une femme que personnellement j'adore, est ravie qu'on lui demande son age. Car elle n'a pas été négligente et a bien pris soin d'elle même. (Campagne Lierac 2015- 2016)


 Qu'en pensez vous? sentez vous cette pression? Comment se manifeste-t-elle pour vous?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire